Informations spécialisées
Informations spécialisées

Dépistage de l'hépatite B et C et du VIH chez les adultes originaires d'Ukraine

Recommandations de la SSI, de la SASL et d’Hépatite Suisse

Titelbild_Screening auf Hepatitis B und C sowie HIV bei Erwachsenen aus der Ukraine
Depuis le début de la guerre, le 24 février 2022, jusqu’au début du mois de juillet de cette année, plus de 58 000 personnes ont fui l’Ukraine pour se réfugier en Suisse. Outre l’aide humanitaire, la prise en charge médicale des personnes en quête de protection est également une priorité. Avec le statut de protection S, les ressortissants ukrainiens enregistrés en Suisse bénéficient également d’une assurance maladie. En raison du manque de ressources, les soins médicaux, en principe gratuits, sont limités en Ukraine. Même avant le début de la guerre, le pays présentait, en comparaison européenne, outre un nombre de cas de tuberculoses multirésistantes supérieur à la moyenne, une prévalence élevée des hépatites B et C ainsi que d’infections par le VIH. Les sociétés suisses d’infectiologie (SSI) et d’hépatologie (SASL) ont donc décidé, en collaboration avec Hépatite Suisse, de rédiger des recommandations sur le dépistage des hépatites B et C ainsi que de l’infection par le VIH pour les personnes ayant fui l’Ukraine. Ces recommandations sur la marche à suivre pour les adultes s’adressent à tous les médecins qui participent à la prise en charge médicale des personnes ukrainiennes, qu’il s’agisse de soins de base ou d’une discipline spécialisée, en ambulatoire ou en milieu hospitalier. Pour les enfants ukrainiens, nous renvoyons aux recommandations pédiatriques spécifiques.

Depuis le début de la guerre, le 24 février 2022, jusqu’au début du mois de juillet de cette année, plus de 58 000 personnes ont fui l’Ukraine pour se réfugier en Suisse. Outre l’aide humanitaire, la prise en charge médicale des personnes en quête de protection est également une priorité. Avec le statut de protection S, les ressortissants ukrainiens enregistrés en Suisse bénéficient également d’une assurance maladie.

En raison du manque de ressources, les soins médicaux, en principe gratuits, sont limités en Ukraine. Même avant le début de la guerre, le pays présentait, en comparaison européenne, outre un nombre de cas de tuberculoses multirésistantes supérieur à la moyenne, une prévalence élevée des hépatites B et C ainsi que d’infections par le VIH. Les sociétés suisses d’infectiologie (SSI) et d’hépatologie (SASL) ont donc décidé, en collaboration avec Hépatite Suisse, de rédiger des recommandations sur le dépistage des hépatites B et C ainsi que de l’infection par le VIH pour les personnes ayant fui l’Ukraine. Ces recommandations sur la marche à suivre pour les adultes s’adressent à tous les médecins qui participent à la prise en charge médicale des personnes ukrainiennes, qu’il s’agisse de soins de base ou d’une discipline spécialisée, en ambulatoire ou en milieu hospitalier. Pour les enfants ukrainiens, nous renvoyons aux recommandations pédiatriques spécifiques.

Aussi intéressant

Informations spécialisées
ExplainTB

Le site web Explain TB offre des informations médicales importantes sur la tuberculose dans plus de 30 languages. Les vidéos fournissent des informations essentielles sur la tuberculose dans plusieurs langues. Le site web peut être utilisée dans plus de 30…

1 langue
Informations spécialisées
Soutien à l’autogestion

Le soutien à l’autogestion comprend ce que tous les acteurs (personnes concernées, professionnels, proches concernés et pairs) entreprennent ensemble pour renforcer les compétences d’autogestion et les ressources des personnes atteintes de maladies de long…

2 langues